Syncron, éditeur de solutions de gestion de pièces détachées, vient de publier une infographie sur le marché de l’après-vente automobile.

Selon Syncron,  l’after-market dans ce secteur présente 4 tendances :

E-Commerce de la rechange auto

En 2016, le marché mondial de l’après-vente automobile a connu une croissance de 4,7 % − et c’est sans réelle surprise. Le e-commerce va jouer un rôle clé dans l’optimisation après-vente, non seulement parce que les achats en ligne ne vont cesser de s’accentuer, mais aussi parce que trouver des pièces pour un parc de véhicules vieillissants va devenir de plus en plus difficile avec le temps. Aujourd’hui, l’âge moyen d’un véhicule roulant est de plus de 11 ans, croyez-le ou non ! La croissance du commerce en ligne s’observe également au sein des marchés automobiles émergents. Par exemple, et bien qu’il y ait toujours plus de voitures sur les routes en Chine, il existe un manque quant au nombre de magasins « physiques » et de carrosseries automobiles où les clients peuvent aller chercher des pièces de rechange et de réparation. Les clients doivent alors se tourner vers les distributeurs de pièces en ligne pour garantir le bon état de fonctionnement de leurs véhicules.

Véhicules toujours plus connectés = Services après-vente optimisés

Une voiture n’est plus simplement qu’une voiture. Avec des options comme le Wi-Fi intégré, la capacité des batteries vous permettant de faire plus de 300 kilomètres en une seule charge, et les tableaux de bord multimédias, le simple véhicule se transforme en véritable objet connecté, grâce à l’IoT. IHS Automotive prévoit que d’ici à 2020, le nombre de véhicules connectés passera à 152 millions ; aussi, il est essentiel pour l’industrie automobile de s’adapter. En moins de cinq ans, l’IoT représentera plus de 10% des données mondiales. Cette quantité considérable de données permettra aux constructeurs automobiles de puiser dans ces informations pour optimiser la performance des véhicules d’une manière inédite. Au lieu de processus de maintenance réactive, les fabricants pourront être plus proactifs sur les diagnostics, prédire quand et où un véhicule donné a besoin d’une réparation et, améliorer l’expérience du client final. Pour optimiser la gestion de leurs stocks, les fabricants seront également en mesure de tirer parti de ces données pour s’assurer de disposer des pièces en stock, au bon emplacement (concessionnaire/garagiste).

D’un modèle B2B à un modèle de ventes directes B2C

Avec le e-commerce ouvrant la voie à des relations plus directes avec les consommateurs, les fabricants peuvent désormais vendre directement des pièces aux utilisateurs finaux à travers des sites tels que Oscaro, MisterAuto, ou même encore Alibaba et Amazon. A titre d’exemple, Oscaro propose près de 700 000 références de pièces à ses clients, lui assurant une place de leader de la vente de pièces détachées sur Internet. Cette approche de vente directe, B2C, est non seulement synonyme de rentabilité, mais va également permettre aux détaillants de réorganiser leurs opérations de distribution et de gestion des stocks. Le stock a tendance à être de plus en plus centralisé, et la distribution redessinée pour tenir compte de l’expédition des produits à domicile – par opposition à la mise en place de « hubs » intermédiaires. Il s’agira toujours d’optimiser la rentabilité et de garantir la disponibilité des produits.

Place à l’optimisation de la gestion des stocks et de la tarification des pièces de rechange

L’après-vente est aujourd’hui devenu un nouveau levier de profit et de croissance pour les fabricants automobiles. Pourtant, un bon nombre d’entre eux ont toujours recours à des méthodes archaïques pour définir le prix de leurs pièces de rechange, par exemple, qu’il s’agisse de l’application de la simple méthode de tarification « cost-plus » ou de l’utilisation de tableurs Excel… Les fabricants se sont rendus compte qu’il existait de meilleures solutions leur permettant d’optimiser à la fois le stock et le prix des pièces. Par ailleurs, bien que gérer de manière dynamique les prix d’un stock mondial de pièces n’est pas une chose aisée, ceci est primordial. 48% des entreprises ayant mis en place une approche de tarification dynamique ou des outils leur permettant de disposer d’une plus grande visibilité sur leur chaîne d’approvisionnement ont surpassé celles n’ayant pas mis en place ce type de solutions.

Au sein d’un environnement économique de plus en plus concurrentiel, et à l’heure où les entreprises réalisent de plus en plus qu’elles « laissent de l’argent sur la table », des solutions avancées de gestion des stocks et de tarification des pièces de rechange permettent de faire la différence.

SHARE THIS POST