Pour la plupart des entreprises spécialisées dans la distribution de pièces détachées, devoir gérer les infrastructures informatiques ne fait pas partie des compétences fondamentales. Ces entreprises sont en effet des experts dans la distribution de produits et de pièces, point barre. Ceci étant dit, le succès de nombreux distributeurs et revendeurs est directement lié à leur capacité à utiliser la technologie pour assurer le contrôle et l’équilibre des stocks, pour maintenir les coûts au plus bas et des niveaux de stocks minimum.

Les distributeurs qui ne disposent pas de la bonne technologie en place rapportent des niveaux élevés de surstocks ou des situations de rupture de stock fréquentes et coûteuses. Au fil du temps, ces inefficacités peuvent mettre à mal les bénéfices engrangés par les entreprises et la fidélité des clients finaux. Or, ces deux éléments sont d’importance cruciale pour maintenir la croissance à long terme.

De nombreuses entreprises sont par ailleurs frustrées avec les capacités de leur système ERP ; la réaction naturelle est de chercher à remplacer la solution en place avec « quelque chose de mieux. » Le risque, le temps et les investissements associés à l’implémentation d’un nouvel ERP sont considérables et ne valent souvent pas la peine. Que se passe-t-il alors ?

Si la peur l’emporte, l’entreprise choisit de conserver son ERP existant, et les problèmes relatifs à la gestion des stocks s’accumulent, créant des pertes considérables tant en termes de profits et que de satisfaction client.

Si le changement l’emporte, les utilisateurs ERP qui évoluent dans le secteur des pièces autos ne trouvent pas de différences majeures entre les systèmes qui semblent remplir les même fonctions. Pour les distributeurs de pièces détachées, le choix s’avère alors très difficile, car beaucoup des solutions proposées sur le marché ne semblent pas être très différentes l’une de l’autre. Pour aggraver la situation, la plupart des ERP ne disposent pas spécifiquement de capacités d’optimisation des stocks, permettant de gérer typiquement les problèmes de sur-stockage ou de sous-stockage.

Le fait de passer d’un ERP à l’autre ne résoudra pas les défis d’optimisation les plus complexes. Des technologies de pointe sont en effet nécessaire pour conférer aux entreprises un véritable avantage concurrentiel.

4 étapes pour rester compétitif dans le secteur de la distribution des pièces de rechange automobiles

Le rythme rapide imposée par l’industrie des pièces de rechange automobiles rend une bonne gestion des stocks indispensable pour rester compétitif dans ce secteur. Nous vous proposons ici quatre étapes pour s’assurer de garder une longueur d’avance sur la concurrence:

  1. Trouver le bon équilibre entre coûts de stockage minimum et taux de service maximum : les entreprises disposent de ressources limitées, et ont donc besoin d’assurer des niveaux de stock optimaux pour rester rentable. Le coût unitaire des pièces automobiles est par ailleurs élevé ; ainsi le surstock peut avoir une incidence marquée sur les résultats nets de l’entreprise. Réciproquement, l’accès en temps réel et la visibilité sur la disponibilité sont des conditions essentielles pour répondre à la demande volatile des clients, et le fait de disposer de « filets de sécurité » (comme un stock de sécurité automatisé, ou stock tampon) peut réduire le risque de la rupture de stock.
  2. Assurer une disponibilité maximale pour les pièces dont la demande est forte : les entreprises ont besoin de réagir rapidement aux évolutions du marché afin de satisfaire la demande des clients. Cela signifie qu’elles doivent maintenir des niveaux de stock adéquats pour remplir les commandes, car la gestion des retours et des retards peut faire perdre des opportunités de ventes et nuire à la réputation de l’entreprise. Alors que l’ERP permet la gestion de nombreux aspects de l’entreprise, la gestion des pièces de rechange nécessite une solution de contrôle des stocks dédiée et sophistiquée. Ce système doit être en effet suffisamment réactif pour capturer rapidement les changements dans la demande des clients et les nouvelles tendances du marché. Les systèmes ERP traditionnels ne possèdent pas les capacités nécessaires pour reconnaître efficacement ces types de tendances, alors qu’une solution d’optimisation peut combler ces lacunes.
  3. Automatiser le processus d’achat : Une grande partie des commandes d’achats gérées par l’ERP nécessite des calculs manuels en dehors du système, à l’aide de tableurs ou de calculatrices par exemple. On est loin de l’automatisation ! En laissant l’humain (le responsable des approvisionnements dans la plupart des cas) effectuer certains des calculs mensuels les plus importants pour la gestion des stocks, la marge d’erreur augmente de manière significative, sans compter la perte de temps. Cette approche se révèle impossible sur un marché en évolution rapide, et rend difficile l’analyse des stocks du fait du manque de données.
  4. Accroître la visibilité et la responsabilité fournisseur : le manque d’automatisation des systèmes ERP implique que les délais fournisseurs sont rarement pris en compte lors de la passation des commandes. La plupart des distributeurs ont mis en place une configuration automatique de commande pour acheter des pièces selon des périodes désignées. En outre, la plupart des fournisseurs imposent aux acheteurs des quantités de commandes MIN / MAX, qui le plus souvent forcent les entreprises à acheter plus que ce dont elles ont besoin pour réponde à la demande des clients. Les conséquences ? le surstock s’accumule au fil du temps et si ce stock est invendu, il deviendra rapidement obsolète. Ainsi, les distributeurs de pièces détachées automobiles sont souvent à la merci de leurs fournisseurs, et c’est alors que la visibilité et la transparence totale devient cruciale pour conserver un équilibre en coûts de stockage et disponibilité maximale.

Un regard sur l’avenir du secteur automobile

Les prévisions de croissance pour l’industrie automobile sont plutôt très encourageantes. C’est pourquoi les équipementiers, concessionnaires et distributeurs devront garder un œil sur la façon dont ils gèrent leurs stocks et leurs opérations. Pour gagner un véritable avantage concurrentiel, les entreprises devront se mettre à la recherche de nouvelles technologies qui permettront l’amélioration de la visibilité opérationnelle, la réduction des immobilisations et l’augmentation de la disponibilité des produits. L’une des clés de la réussite sera d’aller au delà des capacités traditionnelles des ERP et des WMS.

Les solutions d’optimisation des stocks représentent désormais un outil essentiel pour gérer efficacement les flux des stocks et assurer la satisfaction client, tout maximisant la rentabilité des opérations.

 

SHARE THIS POST